Archives des Education - Page 3 sur 3 - Elimu

Avec combien d’enseignants Afrodescendants hommes avez-vous grandi?

Vincent Cobb II et Rashiid Coleman sont les fondateurs de The Black Male Educators Convening, une organisation dont la mission est de tripler d’ici 2025 le nombre d’enseignants afrodescendants hautement efficaces dans les écoles publiques de Philadelphie. Cela inclu la conférence de fin d’année, le programme d’été rémunéré de deux ans et l’alliance des membres pour les éducateurs noirs, BMEC envoie un message clair: seulement 2% des enseignants sont afrodescendants et masculins – et ce n’est pas suffisant.

Du 12 au 14 octobre, la deuxième conférence annuelle du BMEC aura lieu pour promouvoir et célébrer le développement, le recrutement et la rétention des éducateurs de sexe masculin. La programmation de cette année comprend Marc Lamont Hill, journaliste, auteur, activiste et personnalité de la télévision; Dr. Chris Emdin, professeur agrégé et auteur de « Pour les Blancs qui enseignent dans le tieks… et le reste d’entre vous aussi »; Ericka Pittman, responsable marketing chez Aquahydrate Inc; Shavar Jeffries, avocat américain des droits civiques, et plus encore. En préparation de la conférence, nous avons rencontré les fondateurs pour en savoir plus sur leurs projets d’augmenter le pourcentage d’enseignants de sexe masculin afrodescendants à Philadelphie et au-delà.

Pourquoi croyez-vous important d’avoir plus d’enseignants afrodescendants dans la classe?
 
Il ne s’agit pas seulement de chiffres, de couleur de peau et de sexe, il s’agit d’un problème d’équité dans nos systèmes scolaires, qui se heurte souvent à des obstacles pour attirer et retenir des talents de qualité.

La main-d’œuvre scolaire est majoritairement blanche et nos districts scolaires publics sont de plus en plus afrodescendants. Les élèves méritent de voir une représentation plus réaliste de la société et lorsqu’ils nous voient (BME), ils voient plus de possibilités de ce qu’ils peuvent être. Les recherches montrent que les garçons afrodescendants issus de quartiers à faible revenu ont 39% plus de chances d’obtenir leur diplôme et de fréquenter l’université lorsqu’ils ont été impactés par un enseignant afrodescendants hautement efficace. Les taux de suspension diminuent et les étudiants afrodescendants sont plus susceptibles de mieux réussir à l’école. La représentation dans la classe compte!

Selon certaines informations, seuls 2% des enseignants du pays sont des hommes afrodescendants. De quelle manière votre organisation envisage-t-elle d’augmenter ce nombre d’enseignants de sexe masculin?
 
Nous élevons la voix des 2% grâce à notre travail de plaidoyer auprès des décideurs politiques et des leaders des systèmes où les BME ont la possibilité de partager les solutions La Fellowship s’est associée à plus de 20 organisations pour développer des programmes ciblés visant à renforcer considérablement la représentation et la rétention des hommes
afrodescendants tout au long du cycle de vie d’un éducateur. Ceci comprend:

  • L’alliance des membres de la fraternité – une fraternité d’éducateurs socialement conscients dévoués à la justice en classe.
  • Objectif: Un salon de l’emploi – une occasion annuelle pour les futurs éducateurs de sexe masculin de se connecter avec les meilleurs recruteurs de la région.
  • Protégé: les sections des lycéens développent la prochaine génération d’éducateurs de sexe masculin.
  • Les Prix Du Bois récompensent les éducateurs afrodescendants exceptionnels dans les écoles publiques du grand Philadelphie.
  • L’ordre du jour: la politique publique et la recherche pour aider à façonner le discours en faveur du recrutement, du développement et de la rétention des éducateurs de sexe masculin. Lisez nos dernières recherches ici.   

 En plus d’augmenter le nombre d’enseignants de sexe masculin afrodescendants, quels autres changements souhaiteriez-vous voir dans le domaine de l’éducation?

Nous devons inciter le pipeline à attirer plus de talents de qualité sur le terrain. Les districts scolaires, les instituts de formation des enseignants, les résidences pour les éducateurs réalisent tous que si nous voulons voir plus de diversité, nous devons offrir plus d’opportunités qui augmenteront les voies d’accès à l’éducation au-delà des voies traditionnelles. Dans l’ensemble, la profession de l’éducation a été dégradée par les enseignants eux-mêmes, qui parlent souvent des terribles conditions de travail, des rémunérations injustes et du stress élevé, mais nous pensons recadrer le travail. L’enseignement un acte révolutionnaire. Les écoles sont au cœur de notre lutte collective contre la longue histoire d’inégalité dans le pays.

Vous organisez une conférence en octobre. Qui devrait assister à cet événement?

BMEC se concentre sur le rassemblement des esprits et des influenceurs les plus brillants pour s’allier à notre mission, quel que soit votre secteur d’origine. Il s’agit d’une réunion qui n’est pas destinée aux hommes afrodescendants, mais à tous ceux qui croient en l’équité, à la justice sociale et à la réécriture du récit selon lequel l’enseignement est une profession méritante. Nous recherchons tous les éducateurs, étudiants et lycéens afrodescendants, ainsi que des chefs d’établissement, des décideurs, des activistes et des membres de la communauté qui peuvent contribuer à faire progresser notre cause en augmentant le nombre d’hommes afrodescendants dans les écoles. Deux pourcent ne suffisent pas! Cela doit être un effort collectif, même avec les entreprises partenaires et les célébrités qui voient comment avoir un enseignant afrodescendants dans la vie d’un étudiant peut faire toute la différence.

Un article de Kandia Johnson pour blackenterprise.com
Traduit par la Team OJAL
 

 

Pourquoi faire la sourde oreille à propos des passions de vos enfants peut vous couter cher

Une éducation, qui ne consulte jamais les aptitudes et les besoins de chacun, ne produit que des idiots.

C’est par cette citations de l’écrivain Georg Sand que nous débuterons cet article car elle résume très bien la portée de notre propos ici: l’éducation n’est pas un carcan, c’est même normalement l’opposé. L’éducation devrait être synonyme d’émancipation, d’épanouissement. En realité le chômage de masse pousse nombre de parents, apeurés pour l’avenir de leurs chers progeniture, à imposer (s’ils le peuvent) des formations dites d’excellence. Ou a prolonger les années d’études par sécurité. Mais l’excellence pour qui et pour quoi faire? En France, car c’est d’ici que nous parlons, ces fillières forment des ingénieurs, des professeurs, des administrateurs de grandes entreprises etc. Classes prépa et tout le process…pour bien souvent ennuyer à mort les étudiants et les dégouter à vie de l’envie d’apprendre. Pour d’autres cela fonctionne très bien et ils ont une voie royale. Mais quid de ceux qui échouent? Est-ce forcément de leur faute?
Quand bien même ces brillants élèvent ont réussi, parfois ils finissent par tout plaquer rapidement pour les plus courageux, attendent la retraite pour les moins téméraires et se réorientent en cours de carrière pour un métier « passion ». C’est bien là le bénéfice de l’introspection, crise de la quarantaine aidant. Vous trouvez donc en pagaille des cuisiniers, ebenistes, fromagers, stylistes ou agriculteurs bardés de diplômes. Nous vous conseillons fortement de consommer chez eux car ils sont produits avec passion, ces gens aiment désormais pleinement ce qu’ils font! Mais ce fût à quel prix?
Voilà le pouvoir de la peur, et les dégâts monstrueux qu’elle peut causer. On parle de générations entières qui perdent le sens de ce qu’ils apprennent, appliquent aveuglement des méthodes car les statistiques montrent qu’ils ont plus de chances de bien gagner leur vie ainsi.  En Afrique c’est encore autre chose, puisque le filières d’excellence se trouvent à l’étranger. Donc vous multipliez cette même peur avec la peur de rentrer chez soi bredouille, la honte pour sa famille etc. Les gens ont donc une épée de damoclès sur les épaules et très peu osent rentrer s’ils ne trouvent pas d’abord de quoi pleinement mettre leur famille à l’abris du besoin. Cela peut prendre du temps, disons une vie entière.
Fuite des cerveaux, gaspillage de talents. Pour l’élite qui peut se permettre d’envoyer des enfans en europe. Pour les autres la fillière d’excellence c’est d’être fonctionnaire. Le plus haut possible dans l’administration. Voilà pourquoi on emmène les enfants à l’école. Elle même dirigée par des ministres de l’éducation diplômés en europe ou au USA et qui appliquent des methodes d’éducation exogènes sur leur peuple. Incoherence, inéficacité, gaspillage énorme. Prenez l’exemple de la vidéo que nous vous proposons. Cela se passe au Benin. Si les parents de ces jeunes gens n’avaient pas eu la sagesse d’écouter ce qu’ils avaient à dire et les avaient recadrés afin qu’ils deviennent des fonctionnaire, imaginez quel gaspillage cela aurait été.

De grâce écoutez vos enfants lorsqu’ils se passionnent pour quelque chose, ne laissez pas votre propre peur être la baromètre de leur avenir. Il en va de notre salut à tous.

 

Team Elimu

 

De la nécessité d’une éducation spécialisée pour les afrodescendants

 



Pour ceux qui nous connaissent, vous le savez l’éducation est au cœur de notre discours. En effet, nous le pensons, l’éducation de notre jeunesse est notre passeport pour l’avenir, à condition, toujours, qu’elle soit faîte par nous-même et pour nous-même, une éducation autodéterminée et afrocentrée en gros. Or, comme pour la plupart des domaines d’activité de l’homme (économique, politique, culturel, sanitaire, social …etc), notre éducation se fait par les autres et dans l’intérêt de ceux qui nous donnent cette « éducation », et non pour nos propres intérêts…. 

Dans cet article donc, la Team OJAL, revient sur ce qui est à la base de son engagement, de la nécessité d’une éducation spécialisée pour les afrodescendants: on commencera par voir ce que l’on appelle éducation spécialisée, à qui s’adresse-t-elle et pour répondre à quels besoins? Ensuite, nous évaluerons en quoi notre communauté a clairement besoin de ce type d’éducation, et nous essayerons de donner quelques exemples et références.


Qu’est-ce que l’éducation spécialisée?? 
 

Ce que l’on appelle communément éducation spécialisée est une méthode d’enseignement destinée aux personnes ayant des besoins spécifiques dans le but de leur fournir un enseignement adapté à leurs besoins et spécificités.

Il existe un certains nombre de métiers concernés et en France, différents types d’institutions accueillent des publics en grande fragilité. On peut citer les Maisons de l’Enfance à Caractère Social (MECS) pour les mineurs placés (administrativement ou par le juge) dans le cadre de la Protection de l’Enfance, les Instituts Médico-Educatifs pour les personnes en situation de handicap, les Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale pour les personnes en situation d’exclusion ou encore la Prévention Spécialisée qui opèrent dans les quartiers « sensibles » pour prévenir la délinquance (les éducateurs « de rue »). 

Au sein de ces établissements, on propose une méthodologie dans l’apprentissage, le développement personnel et l’inclusion, adaptée aux différents publics accueillis. C’est cela qui fait de cette éducation quelque chose de spécialisé. Elle vise des publics bien particuliers, comme les enfants maltraités ou orphelins, les sans-abris, les personnes handicapées, les personnes sous addiction…On peut remarquer trois grandes caractéristiques, ce sont :

– des personnes vulnérables (économiquement, socialement …etc)
– des personnes atteintes de maladies/handicap
– des personnes victimes d’exclusion, frappées de marginalité


Mais quel est le rapport avec nous, nous direz vous? Nous entendons déjà certains dire que comparer les populations afro aux « cas sociaux » est insultant.  » 

Pourquoi la communauté afrodescendante de France a besoin d’une éducation spécialisée?
 
Eh bien voyez-vous, ces caractéristiques nous correspondent tout à fait, malheureusement. Osons nous regarder dans le miroir et affronter le reflet de notre réalité.
 
Oui, nous sommes vulnérables car nous n’avons aucun pouvoir: ni économique, ni politique. Nous sommes dépendants des aides et nos vies sont trop souvent emprisonnées dans le salariat la précarité. Nous avons délégué notre pouvoir, et aujourd’hui comme depuis 300 ans, nous humilier et nous maltraiter publiquement ne souffre d’aucunes conséquences de notre part.
 
Oui, nous sommes atteints de maladies psychologiques car nous aimons nos oppresseurs bien plus que nous n’aimons nos semblables (syndrome de Stockholm). Nous nous défrisons les cheveux, nous nous éclaircissons la peau pour ressembler aux Blancs au détriment de notre santé physique et mentale. Nous n’aimons pas voir l’un des nôtres s’élever, et nous préférons le descendre plutôt que de l’aider à briser le plafond de verre (syndrome du panier de crabes). D’après le psychiatre Fanon, notre examen révèle un virus nommé aliénation!
 
Oui, nous sommes exclus et frappés de marginalité car depuis plusieurs siècles, le monde s’est construite sur le vol, le viol, l’esclavage, le génocide des populations afrodescendantes. Cela se traduit aujourd’hui en occident par des violences policières, des discriminations à l’embauche ou au logement, du dumping social, de l’empoisonnement massif, des milliers de foyers sous-payés, la ghettoïsation …etc. 
 
 
 
En quelques mots, nous avons besoin d’une nouvelle éducation et non-plus celle que nous connaissons depuis un certains temps, The Mis-Education of the Negro pour reprendre le titre de l’ouvrage emblématique de Carter G. Woodson. Le déseducation ou mauvaise éducation du Noir si on voulait le traduire.
 

 

Cela fait  plusieurs années maintenant que l’OJAL exhorte la communauté à prendre en main l’éducation de notre jeunesse, nous le faisons à travers notre projet d’accompagnement éducatif à destination des familles afrodescendantes de la ville de Lyon: « Each One Teach One » 
 
 
Il existe également un certains nombre d’auteurs qui se sont intéressé à l’éducation de nos petites têtes crépues : le Dr. Umar Johnson, le Dr. Amos Wilson, le Dr. John Henrik Clarke, le Dr. Cress Welsing, le Dr. Juliette Sméralda, le Dr. Ama Mazama …etc 
 
 
 
Il existe aussi à Paris l’association « Apprends-moi à Comprendre » qui dispense des temps d’ateliers et d’activité autour de l’histoire et du patrimoine afro. 
 
apprendsmoiacomprendre.eklablog.net
Si vous aussi vous vous intéressez à l’éducation afro, n’hésitez pas à nous contacter : ojal.lyon@outlook.fr
 
 

Les bébés seraient-ils communautaristes? Oui d’après les chercheurs!

Les chercheurs constatent que les bébés sont plus à l’aise autour des gens de leur même communauté

 

Selon des études, les nourrissons de moins de 6 mois peuvent faire preuve de partialité en faveur de la « race » dans laquelle ils sont nés. (Photo par JGI / Jamie Grill / Images de mélange / Getty Images)

 
Les bébés dont les parents ne parviennent pas à les présenter à une variété de personnes de différentes origines raciales et ethniques au début de la vie risquent de développer des préjugés envers ceux qui ne leur ressemblent pas, de nouvelles études le suggèrent. 

Des chercheurs de l’Université de Toronto et de l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario ont découvert que les nourrissons de 6 mois et moins peuvent manifester des préjugés en faveur de la « race » dans laquelle ils sont nés. En raison de l’exposition accablante aux personnes de leur propre « race » (communauté?) pendant leurs premiers mois dans le monde, les jeunes bébés développent naturellement le favoritisme envers les personnes qui leur ressemblent tout en développant un inconfort profond pour ceux qui sont différents. 

 

Une des deux études a révélé que les bébés plus âgés (6-9 mois) associent des visages de personnes de leur propre communauté avec de la musique joyeuse et des personnes de différentes communauté avec de la musique triste. Dans la deuxième étude, les chercheurs ont appris que les nourrissons ont tendance à se fier davantage aux signaux de leur communauté d’apprentissage qu’à ceux d’une communauté différente. 

« Les résultats de ces études sont significatifs pour plusieurs raisons« , a déclaré le professeur Kang Lee, titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1 et auteur principal des études. « Les résultats montrent que le l’imaginaire fondé sur la race existe déjà autour de la deuxième moitié de la première année d’un enfant. Cela remet en question l’opinion populaire selon laquelle les préjugés fondés sur la race n’apparaissent que durant les années préscolaires. « 

 

Le Professeur Kang Lee

 
Lee déclare que les résultats étaient également importants car ils offraient un aperçu plus approfondi sur comment et pourquoi les préjugés raciaux se développent, et comment empêcher qu’un préjugé ne se développe avant qu’il ne devienne un véritable problème. En outre, les chercheurs ont soutenu que les résultats sont en grande partie indicatifs de la façon dont nos environnements sociaux peuvent nous conditionner pour démontrer le biais racial. 

« Si nous pouvons identifier le point de départ du préjugé racial, ce que nous avons pu faire ici, nous pouvons commencer à trouver des moyens de prévenir les préjugés raciaux », a déclaré Lee.

Naiqi (Gabriel) Xiao, co-auteur des deux études, a fait écho à l’argument de Lee, ajoutant que le biais racial n’est pas toujours causé par des expériences négatives. 

« Quand nous considérons les raison pour lesquelles quelqu’un a un préjugé racial, nous pensons souvent aux expériences négatives qu’il ou elle peut avoir eu avec des individus d’une autre race », a déclaré Xiao. « Mais, ces résultats suggèrent qu’un biais basé sur la race émerge sans expérience avec les individus d’autres races. » 

Alors, comment les parents empêchent-ils leurs enfants de développer de tels préjugés? Pour les chercheurs, la solution est simple: les exposer à des personnes de races différentes. Bien que cela ne soit pas une solution immédiate, c’est un début pour réduire l’impact de biais implicite sur nos vies quotidiennes. 

« Les préjugés raciaux implicites ont tendance à être subconscients, pernicieux et insidieux, imprégnant presque toutes nos interactions sociales, de l’amitié à la santé, aux rencontres, à l’emploi et à la politique, aux interactions entre un client et un vendeur ». « Pour cette raison, il est très important d’étudier d’où viennent ces types de biais et d’utiliser cette information pour essayer d’empêcher les préjugés raciaux de se développer. »

Source : AtlantaBlackStar.com
Traduit par la Team OJAL 

 

La lecture de livres est une clé majeure du succès. Voici comment vous en faites une habitude

Je l’ai dit plusieurs fois: lire des livres est une clé majeure du succès. Les méga-riches et réussis comme Bill Gates et Elon Musk consacrent des quantités extraordinaires de leur temps à la lecture. Musk attribue même ses connaissances sur la façon de construire des fusées à son répertoire de lecture, et des études ont prouvé que la lecture peut réduire le stress, augmenter la concentration et améliorer la mémoire à long et à court terme.

 

Résultat de recherche d'images pour "black men library"

Les avantages de la flexion de vos muscles de lecture sont claires. Mais la lecture prend du temps et, en tant que professionnel chevronné, il est presque impossible de trouver le temps de lire et de rester suffisamment concentré pour tirer parti des avantages lorsque les délais commencent à s’accumuler.
Heureusement, les experts de Harvard Business Review (ainsi que quelques autres) ont découvert quelques trucs et astuces pour vous assurer non seulement de faire de la lecture une habitude quotidienne, mais aussi d’augmenter radicalement la quantité de lecture et les bénéfices .

Lisez la suite pour sept façons pratiques de continuer à améliorer vos habitudes de lecture au fil du temps:

1. Acceptez que vous pouvez quitter 

Parfois, je commence un livre, seulement pour constater que je ne l’apprécie pas vraiment ou que je n’y trouve pas beaucoup de sens – mais je vais de toute façon «pouvoir», parce que je ne veux pas être un lâcheur. Gretchen Rubin, auteur du best-seller The Happiness Project et experte des habitudes chez Harvard Business Review, a trouvé que cette mentalité style «les gagnants ne quittent pas» ne fonctionnera probablement pas pour votre habitude de lecture.
Comme Rubin l’a dit, quitter une lecture tôt vous donne plus de temps pour lire de bons livres! Moins de temps à lire des livres par obligation. « Pensez-y de cette façon – environ 50 000 livres sont publiés chaque année. Pourquoi passer du temps avec des livres que vous n’aimez pas vraiment? Si finalement vous n’appréciez pas un roman, libérez-vous de la culpabilité et mettez-le de côté. »

 

Résultat de recherche d'images pour "black women library"

2. Il y a des minutes cachées partout 

Stephen King, qui attribue la lecture à une grande partie de son incroyable succès en tant qu’auteur, aurait dit aux gens de lire environ cinq heures par jour s’ils veulent suivre ses traces.
En tant qu’entrepreneur à court de temps, j’ai d’abord ri de cette notion. C’est jusqu’à ce que HBR a souligné combien de fois King lit réellement sur le pouce, ou à l’extérieur de sa maison. Prenez toutes les fois qu’il a été repéré lire aux jeux Red Sox, par exemple.
Pour le passant moyen, il peut sembler fou de sortir un livre au Fenway Park. Mais s’ils savaient que la même habitude aidait King à vendre plus de 350 millions de livres, ils pourraient être enclins à apporter un livre de poche la prochaine fois.
Comme l’a dit Parisha, « il y a des minutes cachées dans tous les coins de la journée, et ils ajoutent beaucoup de minutes. » Je ne dis pas que vous devriez sortir un roman à la cérémonie de mariage de votre soeur, mais il y a des opportunités de lire presque partout.

3. Gardez le calme 

La science montre que le fait de partager vos intentions avec d’autres lorsque vous travaillez sur une tâche ou un objectif peut se retourner contre vous et vous rendre moins susceptible de réussir. Une étude de 2009 a révélé que lorsque les étudiants qui voulaient devenir psychologues rédigeaient des activités qui les aideraient à atteindre cet objectif et les partageaient avec l’expérimentateur, ils étaient moins susceptibles de réaliser ces activités. Le groupe de contrôle qui n’a pas partagé la liste des activités prévues avec l’expérimentateur a passé beaucoup plus de temps à poursuivre ces activités. Lorsque les gens partagent leur objectif, ils se sentent moins motivés à travailler dur. Donc, si vous vous engagez à lire plus de livres, exprimez votre but et vos démarches pour y arriver – même écrivez-le – mais gardez-le pour vous.

4. Limiter les distractions

Neil Pasricha a fait cela dans sa maison en bannissant la télé au sous-sol et en plaçant l’étagère devant et au centre. Selon HBR, Pasricha s’est inspiré de la fameuse expérience «cookie aux pépites de chocolat et radis» du psychologue Roy Baumeister. Les sujets testés affamés ont été invités à compléter un long casse-tête, et certains n’ont reçu aucune nourriture, tandis que d’autres ont reçu des biscuits (et on leur a dit de ne pas les manger). Sans surprise, le groupe des cookies a cédé le plus tôt – ils étaient le groupe qui avait passé toute sa volonté à rester loin des biscuits.

 

Résultat de recherche d'images pour "black women library"

5. Lire des livres physiques 

Le même conseil sur la limitation des distractions peut être appliqué de manière importante pour favoriser les livres physiques par rapport aux e-lecteurs. Avoir une pièce de lecture tangible dans votre main – au lieu d’un appareil connecté à Internet où vous pouvez également consulter votre courriel ou consulter des recettes sur Pinterest – peut limiter la distraction et la volonté nécessaire. Mais limiter les distractions n’est qu’une des raisons de favoriser les livres physiques plutôt que les romans électroniques. À une époque où tous nos canaux de
divertissement et professionnels passent à l’écran, il est bon de rafraîchir le cerveau pour tenir un livre physique dans votre main

6. Changez votre état d’esprit

Le stratège des médias et auteur, Ryan Holiday, souligne que changer la façon dont vous pensez de la lecture est la clé pour lire davantage. « Vous devez cesser de penser à cela comme ‘une activité que vous faites’ … [elle] doit devenir aussi naturel que de manger et de respirer pour vous. Ce n’est pas quelque chose que vous faites parce que vous en ressentez le besoin, mais parce que c’est un réflexe, un défaut », dit-il.
Pour le succès, un rêve n’est pas atteint en délibérant comment l’atteindre, mais plutôt c’est un désir spécifique, bien conçu qui arrive toujours. Vous pouvez le faire aujourd’hui en transformant vos habitudes de lecture en objectifs précis et urgents, et en les plaçant tous les jours au sommet de votre liste de priorités.

7. Trouver des listes organisées

La fatigue de la décision est une chose très réelle, et elle peut ronger votre volonté en essayant d’adopter de nouvelles habitudes comme la lecture. L’effort écrasant de passer au crible des milliers de nouveaux livres chaque année peut ronger votre pouvoir mental avant de lire une page – et c’est pourquoi HBR vous recommande de trouver des listes de livres organisées. Heureusement, les méga-bosses comme Bill Gates et Mark Zuckerberg n’hésitent pas à partager leurs listes de lecture. Avec quelques minutes de recherche Google, vous pouvez suivre les habitudes de lecture des grands. Peut-être que nous ne pouvons pas tous lire 500 pages par jour comme Warren Buffett, ou finir 50 livres par an comme Bill Gates. Mais vous pouvez vous engager à utiliser ces conseils pour lire plus de livres cette année, améliorer votre capacité à absorber l’information et bénéficier des avantages scientifiques que la lecture peut apporter. Cette pièce est apparue à l’origine à La Mission.

Chance The Rapper crée un Award pour les éducateurs

Le rappeur originaire de Chicago vient également de donner 2.2 millions de dollars aux écoles publiques de sa ville.

 
 
Chance The Rapper veut donner aux éducateurs la reconnaissance qu’ils méritent.

Le rappeur de Chicago organise les premiers prix Twilight, qui se tiendront en juin 2018. La cérémonie, organisée par James Corden, célébrera les enseignants, les parents, les directeurs et les étudiants qui transmettent le leadership, a déclaré Chance dans son annonce vendredi. Le spectacle aura lieu dans sa ville natale et comportera des spectacles invités.

Il a annoncé la nouvelle du spectacle à la fin d’un sommet pour son organisme de bienfaisance SocialWorks, au cours duquel il a promis un don de 2,2 millions de dollars à 20 écoles publiques de Chicago. C’est phénomenale, à l’instar d’autres personnalité comme Lebron James et son école I promise. Le sommet a été un événement inspiré de Steve Jobs où Chance a donné une mise à jour sur les progrès de l’organisation à but non lucratif  qu’il l’a lancé il y a un an.

 « Chaque contribution … rapproche cette ville et cette nation de fournir une éducation de qualité bien équilibrée pour chaque enfant », a-t-il déclaré lors de l’événement. «Le financement d’une éducation de qualité pour les étudiants [scolaires] publics est l’investissement le plus important qu’une communauté peut faire».

Chance, qui a également grillé le poulet à Peri-Peri de Nando pour la charité cette semaine, est en mission pour avoir un impact positif sur Chicago. Dans le passé, le rappeur a préconisé de meilleures opportunités pour la ville en rencontrant le gouverneur de l’État, a donné de l’argent et des fournitures aux étudiants, a donné des vêtements de plein air aux sans-abris et a mené une marche aux scrutins. Le jeune homme de 24 ans a été honoré par l’ancienne première dame Michelle Obama quand il a reçu le Prix humanitaire de BET en Juin.

Traduit par la Team OJAL
source: huffingtonpost.com

10 vérités sur l’éducation en Afrique avant la colonisation

1: La connaissance africaine ne fut pas seulement transmise oralement

 


L’idée que l’éducation en Afrique antique fut uniquement orale et non écrite est un mythe. Dans son livre, Reversing Sail: A History of the African Diaspora, le Dr Michael Gomez, auteur et professeur d’histoire du Moyen-Orient et d’études islamiques à l’Université de New York, déclare qu’à partir de 300 avant JC, la civilisation de Méroé développa un système d’écriture propre.


 

2: Les Africains furent alphabétisés bien avant les Européens.



 

Gomez déclare qu’alors que du point de vue occidental l’intellect et l’éducation dates de l’époque de Socrate et de Platon, les populations d’Egypte et de Nubie développèrent  » une civilisation alphabétisé, urbaine et technologiquement avancée  » des siècles avant la création de Rome ou d’Athènes. En fait, dans son livre  » Echoes of Ancient African Values » , le Dr Joseph Bailey, un chirurgien orthopédiste à la retraite, devenu expert en histoire africaine antique et en expériences afro-américaines, affirme que  » les modifications de l’écriture égyptienne servirent de base pour les « nouvelles » écritures développées pour de nombreuses langues sémitiques comme le phénicien, l’hébreu, l’araméen, etc… »




3: L’Afrique a accueilli l’une des plus anciennes universités du monde.




Fondée en l’an 989 par l’érudit et juge en chef de Tombouctou, Al-Qadi Aqib ibn Mahmoud ibn Umar, La mosquée de Sankoré, ou l’Université de Sankoré, est l’une des plus anciennes écoles d’enseignement supérieur au monde. Une riche femme Mandika financa Sankoré, ce qui en fit un centre d’éducation de premier plan, selon Muslimheritage.com. K.C MacDonald, professeur d’archéologie africaine à University College of London’s Institute of Archaeology, écrit que l’Université de Tombouctou  » n’avait pas d’administration centrale, de registres d’étudiants, ou de cours prescrits; mais qu’elle était plutôt, composé de plusieurs écoles ou collèges entièrement indépendants, chacun dirigé par un seul maître ou imam. «  Cette université aurait produit plus de 700.000 manuscrits.




4: Les gens venaient de partout pour être enseignés par les Africains

 
 

Selon Gomez, dans les années 1100, les Africains d’al-Andalus, un Etat musulman médiéval, contribuèrent de manière significative à la  » période intense de production intellectuelle et culturelle  » qui dura 800 ans. L’intelligence africaine d’Ibérie servit de base à la Renaissance européenne qui débuta dans les années 1500 et qui dura jusqu’en 1800. En outre, on venait de partout dans le monde pour étudier dans les universités de Tombouctou à l’époque des empires du Mali et du Songhaï. En fait, les savants européens les plus illustres, comme Hérodote, partaient à l’Afrique afin d’obtenir des connaissances et des informations.




5: Traditionnellement, tout le monde participait au processus éducatif


 



Il faut un village pour élever un enfant. En ce qui concerne l’éducation en Afrique avant l’arrivée des Européens, chaque génération était impliqué. Dans son livre,  » Histoire et développement de l’éducation en Tanzanie », le professeur AK Philémon Mushi, le premier directeur et fondateur de la Mkwawa University College of Education, confirme que l’éducation des autochtones en Afrique se caractérisée par le  » processus de passage entre les membres de la tribu et d’une génération à l’autre de la connaissance , des compétences, des traditions culturelles, des normes et des valeurs de la tribu était héritée « .



 

6: L’éducation en Afrique était sans fin

 

 


L’éducation africaine était un processus qui durait toute une vie. Dans son article,  » L’histoire de l’éducation en Afrique de l’Est » , Sam Witerson, un enseignant de Dar es Salaam, en Tanzanie, affirme que  » l’éducation des peuples autochtones africains était un processus continu d’apprentissage par lequel une personne passait par des étapes prédéterminées de la vie d’étudiant, du berceau à la tombe. » L’éducation est un voyage, non pas un tremplin vers un succès monétaire.




7: Kemet développa un système scolaire très complexe et très impressionnant

 

 



Le regretté George Granville Monah James était un auteur et historien Sud-américain. Dans son livre, « Stolen Legacy «  , il traite du système de l’école égyptienne des mystères . Dans les universités d’Égypte, la grammaire, la rhétorique et la logique supprimaient l’irrationalité. La géométrie et l’arithmétique abritaient les théories et les techniques dans lesquelles les individus supprimaient les problèmes, à la fois intérieurement et physiquement. Et, l’astronomie donnait aux individus la possibilité d’acquérir des connaissances et d’examiner le destin. Enfin, la musique servait de  » pratique vivante de la philosophie « .




8: Les Écoles des Mystères égyptiennes ont inspiré la philosophie grecque.




Dans « Stolen Legacy «  , James découvre les cinq principaux éléments qui relient la philosophie grecque aux aux Écoles des Mystères égyptiens. Premièrement, de nombreux philosophes grecs ont trouvé qu’étudié les sciences était essentiel; c’était la condition pour adhérer aux système des Mystères égyptiens. Deuxièmement, les quatre vertus cardinales de Platon ressemblent fortement aux 10 vertus du système des Mystère égyptiens.Troisièmement, les institutions religieuses de la Grèce portent une ressemblance frappante avec les temples d’Égypte; tout comme les palais religieux et temples d’Egypte, les institutions religieuses d’Occident sont souvent construites en pierre et caractérisées par des entrées bordées de statues, de grandes cours et des plafonds qui rappellent le ciel avec des peintures de nuages ou d’étoiles. Quatrièmement, le temple de Delphes, qui est souvent mentionné tout au long des légendes de la mythologie grecque, était entièrement égyptien.Cinquièmement, tandis que les anciens dirigeants de la Grèce se sont opposés à l’influences égyptiennes, de nombreux philosophes de la Grèce antique ont imité le culte égyptien.



9: Dans l’Égypte antique le scribe était l’incarnation de l’intelligence.




Dans l’Egypte antique, l’éducation était réservée à la famille royale, aux riches et aux « gardiens » de la société; les scribes étaient ces gardiens. Dans son livre,  » L’éloquence des scribes: un Mémoire sur les Sources et ressources de la littérature africaine  » , Ayi Kwei Armah, une experte du Ghana, auteure et traductrice, explique que ces personnes avaient un « timbre de génie », ainsi que  » des compétences organisationnelles si élevées que leur civilisation a duré des milliers d’années, plus que tout autres » , alors que la plupart des scribes étaient de la classe supérieure, les scribes pouvaient être membres d’une classe sociale plus basse, et, tandis que la plupart des scribes étaient des hommes, la preuve fut démontré que des scribes femmes ont existé. Les scribes étaient responsables de multiples tâches, qui comprenait la préservation de l’histoire, la collecte des impôts et composer des souvenirs écrits de la vie quotidienne en Égypte. Avant de devenir un scribe, il fallait suivre une formation intense caractérisée par l’apprentissage.




10: L’éducation en Afrique a été enracinée dans le collectivisme par opposition à l’individualisme.




« (E)ducation or (e)ducation in Traditional African Societies? A Philosophical Insight «  , un article écrit par Philip Amasa Ndofirepi et Elizabeth Spiwe Ndofirepi, véhicule l’idée qu’en ce qui concerne l’éducation, le communautarisme est  » la responsabilité de la communauté de veiller à ce que les enfants soient élevés de manière appropriée et que, lorsqu’ils arrivent à l’âge adulte, ils subviennent aux besoin des membres les plus âgés de la communauté » . c’est l’objectif majeur de l’enseignement traditionnel en Afrique afin de produire un individu complet; celui qui est cultivé, respectueux, intégré, sensible et attentif aux besoins de la famille et des voisins.




Source : atlantablackstar.com


Traduit par la team Ojal