BLOG - Page 2 sur 32 - Elimu

JORDAN veut donner 100 millions à des associations de lutte contre les inégalités raciales

Coup de tonnerre!! On avait entendu que Kanye West allait donner 2 millions à la famille de George Floyd et à des institutions éducatives, désormais c’est le légendaire Michael JORDAN qui veut passer à la vitesse supérieure. Alors que durant sa carrière il était complètement aveugle aux inégalités et aux violences racistes, il déclare désormais « en avoir marre »

 

« Black Lives Matter (la vie des Noirs compte). Ce n’est pas une affirmation controversée. Tant que ce racisme enraciné qui cause la faillite des institutions de notre pays ne sera pas totalement éradiqué, nous continuerons de nous engager à protéger et à améliorer les vies des personnes noires »

Une déclaration qui s’accompagne d’un acte conséquent : Michael JORDAN et la Jordan Brand vont donner 100 millions de dollars sur dix ans pour participer à l’éradication des inégalités raciales! C’est plus que quiconque n’avait jamais donné dans le monde du sport. C’est l’équivalent du budget annuel total d’un club comme Saint Etienne en France…Désormais on ne pourra plus parler sur son manque d’implication et son mutisme, alors que d’autres s’impliquaient toute l’année à l’instar de Lebron James que l’on oppose toujours à Jordan. Respect à l’un des plus grands sportifs de tous les temps. La mort de George FLOYD aura eu des répercussions bien étonnantes pour les observateurs que nous sommes, et ce n’est pas encore fini visiblement.

Elimu

Sarah Maldoror, une panafricaniste engagée devenue icône du Cinema Panafricain

Un petit hommage à une très grande cinéaste Africaine.

Africaine des Antilles (Guadeloupe), la cinéaste et militante anticolonialiste Panafricaine Sarah « Maldoror » née Sarah Ducados le 19 juillet 1929 à Condom en France d’une mère Française et d’un père Guadeloupéen a rejoint les ancêtres le 13 avril 2020 à Saint-Denis en France des suites du covid 19. Elle a choisi son pseudonyme après avoir lu « Les Chants de Maldoror » de l’écrivain français Isidore Ducasse. Elle est venue au cinéma par le théâtre. Formée au cinéma à Moscou avec Sembène, elle a réalisé en 1976 le premier documentaire sur Aimé Césaire « Un homme, une terre, portrait du poète et homme politique Aimé Césaire » ainsi qu’un documentaire sur Léon-Gontran Damas. Elle a réalisé des films pour la télévision française dont « Un déssert pour Constance » en 1979-1980 avec l’immense acteur, réalisateur Ivoirien, légende vivante et icône du cinéma Africain Sidiki Bakaba ainsi que le très grand acteur et réalisateur Cheik Doukouré avec qui il avait déjà joué dans « Bako » en 1978.

Ce film comique dépeint le quotidien de balayeurs Africains de Paris avec leurs problèmes, leur mal du pays et met aussi le doigt sur le racisme « bon enfant » de cette époque. Sarah Maldoror était l’épouse du militant anticolonialiste, camarade et ami intime de Cabral, l’intellectuel révolutionnaire et un des leaders du MPLA Mario de Andrade. Elle était l’une des toutes premières femmes cinéastes du continent.

Je vais parler ici de « Sambizanga », son premier long-métrage co-écrit avec son mari Mario de Andrade qui est aussi son film le plus connu et qui est sorti en 1972. Il a été distingué du Tanit d’Or au Festival de Carthage de la même année. « Sambizanga » parle de la lutte quotidienne des Angolais pour libérer leur pays du joug du colonialisme Portugais. Sarah Maldoror disait elle même qu’elle avait voulu montrer l’Afrique en lutte dans ce film. Le titre du film est le nom d’un quartier populaire de l’agglomération de Luanda dans lequel est sensé se dérouler l’essentiel du film même si en réalité le film a été tourné au Congo Mfoa dit « Brazzaville ». Le MPLA, le gouvernement Congolais et l’Agence de coopération culturelle et technique (organisation française) ont produit le film. Sambizanga est un lieu hautement emblématique de la lutte de libération en Angola car des militants du MPLA sont partis de là pour prendre d’assaut les prisons de Luanda afin de libérer les détenus politiques le 4 février 1961 déclenchant ainsi le combat contre les colonialistes Portugais.

Ce film révolutionaire est adapté de la nouvelle « La vraie vie de Domingos Xavier » (inspirée d’une histoire réelle) écrite par le Portugais (dont la famille s’est installée en Angola lorsqu’il avait 1 an) et militant du MPLA, Luandino Vieira (né José Vieira Mateus da Graça) suite aux événements de février. Il terminera la rédaction de cette nouvelle en novembre 1961 quelques jours avant son arrestation (voir quatrième de couverture). Cette nouvelle a été traduite en français par Mario de Andrade (encore lui!) et Chantal Tiberghien et publiée avec une autre nouvelle de Luandino (« Le complet de Mateus ») aux éditions Présence Africaine en 1971 (voir photos).

« Le complet de Mateus », l’autre nouvelle de ce livre a été aussi adaptée par Sarah Maldoror dans sa première oeuvre cinématographique, le court – métrage « Monangambée » réalisé en 1969/1970 qui parle aussi de la lutte anticolonialiste en Angola. Ce livre publié pendant la guerre de libération avait pour but de mobiliser l’opinion publique sur la situation en Angola. L’exemplaire en ma possession est dédicacé par Mario de Andrade (himself!) à Roger Bastide, sociologue et anthropologue français ayant mené plusieurs recherches et études sur les peuples et cultures du Brésil.

Ce film qui reste assez fidèle à la nouvelle décrit la résistance anticolonialiste à Luanda, l’univers carcéral colonial et les débuts de la lutte de libération armée dans les 60s à travers l’histoire de Domingos Xavier, un conducteur de tracteur sur un chantier dans le village de Dondo et qui est aussi un militant de la lutte de libération de son pays. Domingos (de) Oliveira qui joue le rôle de Domingos Xavier est un exilé Angolais recruté comme tractoriste au Congo que Maldoror a rencontré presque par hasard et qu’elle a retenu pour son film.

Un matin, il est arrêté par des hommes du PIDE (police secrète politique portugaise) pour ses activités politiques qu’il menait clandestinement avec certains de ses collègues; arraché à sa femme qui ignorait les activités politiques de son époux et à son enfant. Il est brutalisé et emporté dans un 4×4 vers une destination inconnue.

Dès lors, sa femme Maria va partir à la recherche de son mari dont elle n’a plus de nouvelles, allant de prison en prison, d’un bureau administratif à l’autre d’abord à Dondo puis à Luanda après un long chemin en bus. Ni ses cris, ni ses larmes ainsi que celles de son enfant ne suffiront pour retrouver Domingos encore moins le libérer. Des camarades militants du MPLA mènent aussi leur enquête pour déterminer l’endroit où Domingos a été enfermé. Elle finit par apprendre la mort de son homme à la prison de Luanda sous la torture d’agents colonialistes portugais du PIDE qui voulaient qu’il trahisse ses camarades de lutte en donnant des noms ou en reconnaissant des noms à propos desquels ces agents l’interrogeaient.

 

Sarah Maldoror et Mario de Andrade forment un couple iconique de la résistance Africaine

À travers une longue marche et grâce à ses contacts avec les militants du MPLA qui recherchent aussi activement Domingos, Maria découvre un aspect nouveau de la vie qui lui redonne espoir : la lutte pour la liberté. Les camarades militants de Domingos lui rendent hommage à la fin du film après avoir appris sa mort. Pour eux, le combat continue et Domingos vivra éternellement dans la mémoire du peuple Angolais.

Un fait marquant et surprenant dans ce film est le mélange de plusieurs langues Africaines dans certains dialogues : le kikongo, le lingala et le kimbundu.
Un des aspects les plus intéressants de ce film et que Sarah Maldoror aimait souligner est la conscientisation politique progressive au cours du film de Maria, et sa participation active à la lutte de libération du pays à travers sa marche courageuse qu’elle effectue avec son enfant sur le dos depuis Dondo jusqu’à Luanda pour retrouver son mari sans jamais se décourager.

Une image qui rompt avec l’idée très en vogue à cette époque de la femme Africaine qui passe le temps à attendre son mari et à lui faire des enfants. Beaucoup de collectifs féministes se sont intéressés à ce film pour cela et ont même collé l’étiquette « féministe » à Sarah Maldoror. Le film par rapport à la nouvelle a donné une place beaucoup plus importante à Maria interprétée par l’économiste Cap Verdienne Elisa Andrade: économiste et militante du PAIGC (qui avait déjà joué dans « Monangambée « ). Il ne s’agit plus de l’histoire de la résistance de Domingos tout seul comme dans le livre mais de celle du couple formé par Domingos et Maria.

Un autre aspect que j’ai trouvé époustouflant dans le film et le livre est la très bonne organisation des militants en des réseaux stratifiés qui communiquent très prudemment et intelligemment les uns avec les autres créant ainsi une véritable chaîne de solidarité et de générosité. C’est Zito un très jeune garçon a priori banal (mais à qui les militants du parti ont assigné le rôle de guetteur), qui tout en jouant avec les enfants de son âge, surveille l’entrée de la prison de Luanda va repérer Domingos.

Dès qu’il voit Domingos y arriver, il court informer son grand-père Petelo qui est en lien avec d’autres structures clandestines et ainsi de suite jusqu’à ce que Domingos soit identifié et que les militants mettent en place une stratégie pour le soutenir ainsi que ses proches.

Je ferai peut-être plus tard une analyse plus détaillée du film et du livre.
Les gens qui sont proches des gérants de Présence Africaine devraient leur demander de rééditer ce livre parce qu’il est ESSENTIEL…

Le film « Sambizanga » est sur youtube pour ceux que ça intéresse. »

Elimu

 
 
 
Kwabena Ndie

Meek Mill envoie 100 000 masques dans les prisons, y compris Rikers Island, au milieu d’une épidémie de coronavirus

Près de 100 000 masques chirurgicaux ont été envoyés dans les prisons pour protéger les détenus du coronavirus, gracieuseté du rappeur de Philadelphie Meek Mill, du partenaire des Sixers Michael Rubin et de leur organisation de réforme de la justice pénale.

Vendredi, avec l’aide de l’auteur et défenseur de la réforme des prisons, Shaka Senghor, la Reform Alliance a précipité 50 000 masques sur la Rikers Island de New York, où des centaines de détenus et de membres du personnel ont été infectés par le virus.

Les livraisons interviennent alors que les prisons à travers le pays commencent à voir des cas de coronavirus et des militants, y compris l’ACLU de Pennsylvanie, appellent les autorités à réduire les populations carcérales en libérant des délinquants de bas niveau et des personnes souffrant de problèmes de santé qui les rendent plus vulnérables. Les responsables des services correctionnels disent qu’ils peuvent gérer la crise et ne veulent pas menacer la sécurité publique.

Le procureur du district de Philadelphie, Larry Krasner, a déclaré qu’il souhaitait réduire la population carcérale de la ville – qui est d’environ 4 400 – en raison de la pandémie. Des cas ont été signalés dans les prisons de la ville, ainsi que dans les établissements correctionnels des comtés de Montgomery, Delaware et Chester.

« Je ne peux pas dormir. Je ne peux pas respirer et j’ai l’impression que je vais mourir », a écrit un détenu de la prison du comté de York le mois dernier. «Personne ici ne peut même me procurer un inhalateur. Comment peuvent-ils nous sauver de ce virus? « 

En plus d’envoyer des masques et de fabriquer des masques pour les travailleurs de la santé, l’Alliance réformiste plaide également pour une réduction de la population carcérale.

 

source

Traduit par Elimu

[VIDEO]Le don’t rush challenge nous enjaille

#dontrushchallenge

Vous l’avez peut-être râté? Il y a en ce moment un challenge féminin qui ne manque ni de piquant, ni de revalorisation de soi et de sa culture est en train d’inonder la toile. Il y a les Nappy et tissages, les fines, les fortes…elles sont toutes très agréable à regarder.

Un don’t rush « généraliste » en compilation

Le spécial Nappy

Les camerounaises sont présentes

Le don't rush des pilotes de ligne

Celui des congolaises

Les angolaises ne sont pas en reste

Le don't rush blacks doctors américaines

Le challenge vient juste de commencer donc nous n’avons pas toutes les vidéos bien entendu, n’hésitez pas à commenter pour nous dire laquelle est la meilleure selon vous! En ces temps de confinement, pas sûr que cela incite tout le monde à rester chez soi mais on apprécie la démarche…

 

Elimu

Covid19: est-ce qu’il y a les mêmes enjeux que pour le paludisme et l’artemisia en Afrique?

En ce qui concerne le paludisme, il est de notoriété publique que les entreprises pharmaceutiques ont délibérément bloqué l’accès aux malades des bienfaits de la plante Artemisia.

Pour des raisons financières, ces grandes organisations ont fait bloquer des recherches, mis au silence les scientifiques qui s’intéressaient aux bienfaits de cette plante pour les très nombreux malades de la malaria (autre nom du paludisme). Vous pouvez voir ci-dessous les témoignages de personnes qui ont tenté de mettre au point un traitement de grande ampleur sur la question


Aujourd’hui, il est question de la Chloroquine qui serait efficace contre le virus Covid-19 selon le professeur Didier Raoult. Or, ce médicament est très peu cher, ce qui pose de sérieux doutes sur la volonté des Big Pharma, comme on les appelle, à en faire l’usage. Alors que quelques personnes contaminées, dont le maire de Nice Christian Estrosi, vantent les mérites de ce traitement, l’Etat et de nombreux médecins montent au créneau pour tempérer l’enthousiasme collectif. Quoi qu’il en soit les marseillais font la queue par dizaines pour bénéficier de ce soin.

La question qui se pose, et qui inquiète, est de savoir si le Continent Africain pourra exploiter la plante, la quinine, à la base de ce médicament. En effet, cette plante pousse abondamment sur le continent. Si elle pouvait être exploitée, l’Afrique deviendrait le territoire qui sauverait l’Humanité d’une immense tragédie…qui est déjà en cours en ces temps de confinements un peu partout sur le globe. Encore faut-il qu’il y ai une volonté de la part des politiques et des professionnels de santé.

Le silence de nos scientifiques est glaçant, et cela peut être compréhensible dans la mesure où ils connaissent le sort qui a été réservé à l’artemisia…voyons ce que l’avenir nous réserve.

Elimu



Haïti, première république noire?

Il existe souvent dans nos vies, des phrases que nous répétons avec certitudes, qui apparaissent comme des évidences et qui ne sont jamais remis en question, bien qu’elle soient entièrement ou partiellement fausses. Il est courant d’entendre, lorsqu’on parle d’Haïti, qu’elle est la « première république noire », mais est-ce vrai? Elimu vous propose de venir interroger l’histoire panafricaine, en parcourant l’Ancien et le Nouveau Monde sur plus de 1000 ans d’histoire, à travers 3 faits historiques.

I. Carthage, la république africaine de l’Antiquité

Non seulement, Carthage est la première république noire, mais elle est aussi tout simplement la première république de l’histoire de l’humanité! Le témoignage de Aristote est éloquent, dans son livre La Politique, il décrit la gestion de l’état carthaginois de la sorte :

« Carthage jouit d’une Constitution plus complète que celle des autres États . Les Carthaginois […] possèdent des institutions excellentes; et ce qui prouve bien toute la sagesse de leur Constitution, c’est que, malgré la part de pouvoir qu’elle accorde au peuple, on n’a jamais vu à Carthage de changement de gouvernement, et qu’elle n’a eu, chose remarquable, ni émeute, ni tyran »

Rappelons, que cette citation date du 6ème siècle av. J.C! A une époque où Rome venait tout juste de découvrir le concept de république (on date la plus ancienne république romaine à 509 av. J.C). Concept qu’elle a d’ailleurs emprunté aux Carthaginois qui le pratique depuis le 9ème siècle, époque de la fondation de Carthage.

République noire évidemment puisque Carthage est une ancienne colonie phénicienne, or les Phéniciens sont tout aussi noirs que les Égyptiens ou les Arabes originaux. Nous vous invitons à relire nos articles sur le sujet, si vous en doutez encore. En disant d’Haïti qu’elle est la PREMIERE république noire, c’est nier l’africanité et la négritude de Carthage.

Vous connaissez sans doute, le général Hannibal, noir qui fit trembler Rome durant le 3ème siècle av. J.C.

II. Dessalines, Henri 1er, Faustin 1er  et les dynasties haïtiennes

Drapeau d’Haïti sous l’Empire (1804-1806)

Héros de la révolution haïtienne, Jean-Jacques Dessalines est pourtant beaucoup moins connu que Toussaint Louverture. Sûrement que son côté bien plus radical que Louverture, lui vaudra les foudres des historiens français et américain … Dans sa déclaration d’indépendance, il déclarera :

« […] Après avoir fait connaître aux généraux assemblés ses véritables intentions d’assurer à jamais aux indigènes d’Haïti un gouvernement stable, objet de sa plus vive sollicitude : ce qu’il a fait à un discours qui tend à faire connaître aux puissances étrangères la résolution de rendre le pays indépendant, et de jouir d’une liberté consacrée par le sang du peuple de cette île ; et, après avoir recueilli les avis, a demandé que chacun des généraux assemblés prononçât le serment de renoncer à jamais à la France, de mourir plutôt que de vivre sous sa domination, et de combattre jusqu’au dernier soupir pour l’indépendance. »

Bien que république, durant les premiers mois de son existence, l’état indépendant d’Haïti deviendra très vite un empire, avec la dynastie des Dessalines, puis un royaume avec le roi Henri 1er. Un second empire verra le jour, avec Faustin 1er en 1849.

Drapeau du royaume d’Haïti (1811-1820)

 

Drapeau d’Haïti sous le Second Empire (1849-1859)

Haïti, durant ses premières années, connu des empereurs et des rois, qui firent bon gré mal gré la gloire de l’histoire haïtienne.

 

III. Palmares, premier état noir indépendant du Nouveau-Monde

Peu de gens le savent, mais un état noir indépendant avait déjà existé en Amérique coloniale, avant la cérémonie du Bois-Caïman et la révolution haïtienne : un siècle auparavant des Africains en fuite avait fondé en 1605, le quilombo dos Palmarès dans le nord-est du Brésil.

Les quilombo sont des regroupement d’anciens esclaves en fuites dans le Brésil colonial. Le plus grand et celui qui a duré le plus longtemps fut celui de Palmarès, dans une partie du Brésil colonisée par la Hollande, le Pernambuco, il réussit pendant plus d’un siècle à tenir en échec les expéditions militaires hollandaises et portugaises, constituant ainsi la révolte d’esclaves la plus longue de l’histoire.

 

 

 

Reconstitution d’un mocambo : 1 – Entrée. 2 – Pièges/Trappes. 3 – Centre des Cultes. 4 – Terres Agricoles. 5 et 7 – Habitations. 6 – Centre Communautaire.

A son apogée, le quilombo comptait plus de 30 000 habitants et était constitué de plusieurs villages (au moins 9 connus), les mocambo sur 600 000 kilomètres carrés en 1630 (la taille de la France!). Palmarès était gouverné par des afrodescendants libres à partir d’une cité-capitale Cerra dos Macacos, ce qui était du domaine de l’impensable en pleine période coloniale et esclavagiste. Le quilombo était organisé sur un modèle de village africain ou indien, c’est à dire avec un chef et un conseil, les habitants participaient aux assemblées et tous les travaux étaient réalisés en communauté (construction, agriculture…). A Palmarès, cette organisation incluait aussi la stratégie de guerre et de défense. Le quilombo était dirigé par des rois dont deux restent célèbres. Leur noms semblent indiquer une origine au Kongo/Angola, Ganga Zumba  mais surtout Zumbi.

Zumbi de Palmarès, le leader des afrodescendants

Entendons-nous bien, il ne s’agit absolument pas de minimiser la révolution haïtienne, bien au contraire! Nous proposons de mettre cette fabuleuse aventure de liberté des Africains de Saint-Domingues en relation aux autres révoltes du Nouveau-Monde et de l’histoire politique des Africains de l’Antiquité. Comme quoi, on en apprend tous les jours …

Un article original Elimu

Covid19: Jack Ma solidaire des Africains, envoit du matériel médical sur le Continent

Le milliardaire chinois et fondateur d’Alibaba, Jack Ma, s’est engagé à faire don de 20 000 kits de diagnostics, 100 000 masques, et 1000 combinaisons protectrices à chaque Etat africains pour aider à combattre la pandémie du coronavirus. C’est une excellente nouvelle compte tenu de la léthargie dans laquelle l’Union Africaine est en ce moment vis-à-vis de ce virus et alors que l’Union Européenne, qui est certes l’épicentre de l’épidémie, a débloqué 700 milliards d’euros pour soutenir l’économie.

A l’heure où les activités informels sont la plus grande partie de l’économie de nos Pays, comment un tel Virus peut-être endigué sur le continent? On a dit ici même que l’Afrique a malheureusement un lourd passé avec les virus et autres infections comme Ebola et donc un certain savoir faire. Est-ce qu’elle sera à la hauteur? En tout cas pour l’instant c’est le moment de la gratitude envers cet homme d’affaire exceptionnel, que cela soit un coup de com’ ou non cela va sauver des vies. Ci-dessous les réactions des présidents

 

Les kits et autres masques iront en Ethiopie pour être livrés sur le reste du continent. Le premier ministre Ahmed ABIY a tenu à remercier chaleureusement l’homme d’affaire Asiatique de s’être mobilisé pour le continent, pour ce faire il a retweeté ce message du magnat Chinois avec ses remerciements

L’Afrique peut avoir une longueur d’avance sur le coronavirus. À chacun des 54 pays africains, nous ferons don de 20 000 kits de test, 100 000 masques et 1 000 combinaisons de protection et écrans faciaux à usage médical. Merci @PMEthiopia @AbiyAhmedAli pour votre soutien. pic.twitter.com/6oKptVCjNx

 

Le président KAGAME du Rwanda a également fait part de ses remerciements: Merci @JackMa et @foundation_ma pour votre généreux don de kits de test livrés à Kigali aujourd’hui. C’est un énorme coup de pouce et une contribution bien nécessaire dans notre travail pour arrêter la propagation du #Coronavirus. Je sais que le peuple rwandais se joint à moi pour exprimer sa gratitude

Jak MA n’oublie pas son continent d’origine et a fait un geste énorme pour l’ensemble de l’Asie également aujourd’hui même

Allez l’Asie! Nous donnerons des fournitures d’urgence (masques 1,8 M, kits de test 210 K, combinaisons de protection 36 K, plus des ventilateurs et des thermomètres) à l’Afghanistan, au Bangladesh, au Cambodge, au Laos, aux Maldives, à la Mongolie, au Myanmar, au Népal, au Pakistan et au Sri Lanka. Livrer rapidement n’est pas facile, mais nous y arriverons!
– Jack Ma (@JackMa) 21 mars 2020

 

Décidément il y a les petits commerçants de la misère qui vendent des masques à 50€ et des entrepreneurs visionnaires qui portent à bout de bras parfois la destinées de millions de personnes. Nous attendons la réaction de nos milliardaires aussi, en attendant, Jack Ma Bravo!!

Elimu

Les Afrodescendants et le Covid-19: comment bien vivre la pandémie?

Diaspora Afrodescendante: comment vivre le confinement au mieux?

Vous avez été pris de court concernant la pandémie qui s’est abattue en Occident après l’Asie? Vous voilà « pris au piège » chez vous et vous pensez que le temps sera long? Pas nécessairement. Après avoir fait des provisions et être sécurisé d’un point de vue alimentaire, on peut avoir un moment d’égarement, de perte de sens, ne paniquez pas! Cela va empirer les choses. On ne va pas se mentir: cela peut prendre quelque temps alors organisons-nous au mieux.

Nous sommes chez Elimu en pleine activité même loin les uns des autres et nous avons quelques tips à vous donner pour passer ce temps le mieux possible.

Voici les quelques points que nous allons aborder pour mieux se préparer à la crise sanitaire dans un premier temps.

Arriver à télétravailler

Vous êtes étudiant et il y a douze personnes dans l’appartement familial? Mère célibataire et en charge de vos enfants? Célibataire dans 9m2 en Cité Universitaire? Ces situations peuvent être extrêmement difficiles à vivre dans un contexte de confinement. Vous pouvez perdre patience, amplifier des situations de conflit ou à l’inverse lâcher les bras et n’être ni positif ni productif du tout. Toutes ces idées ne sont pas applicables partout, mais avec de l’imagination vous pouvez vous adapter au mieux où que vous soyez.

Selon une étude de la Dares (2019), une personne qui télétravaille est interrompue en moyenne 1,6 fois plus souvent qu'une personne travaillant au bureau

Cette étude ne spécifie pas le nombre de membres de la famille lorsqu’on télétravail. Ni même si l’on ne dispose pas d’un espace privatif pour pouvoir télétravailler en paix. Si l’on rajoute à cela que parmi les membres de la famille certains ont des difficultés de santé (antérieurs au Covid-19) cela peut paraître totalement démoralisant de tenter de travailler à la maison. Pourtant votre équilibre dépendra aussi de la capacité à rester un tant soit peu actifs dans vos zones de compétence.

L’une des mesures qui semble pertinente pour pouvoir travailler à la maison serait celle de décaler ses heures de travail. Vous pourrez vous dégager du temps afin d’être productif la nuit ou très tôt le matin afin de parvenir à vos objectifs.

Cela demandera une saine organisation et un tantinet de rigueur, voire d’autorité, et cela dès les premiers jours afin d’éviter les pièges.

Si vous n’avez aucune possibilité de télétravail mais que vous êtes confinés quelque part, vous pouvez vous initier à un métiers du digital qui pourrait vous plaire. Que ce soit dans l’absence de mobilité ou la mobilité flexible des digital nomad, vous pourrez sûrement trouver votre bonheur sur une plateforme d’e-learning tourné vers ces métiers.

Eviter les pièges

Sans surprise, rester toute la journée devant la télévision n’arrangera rien. Au contraire cela vous mettra dans une situation de stress si vous regardez les chaînes en continu qui diffusent les images de panique notamment au supermarché.

Les réseaux sociaux tel qu’instagram, twitter facebook ne seront pas vos uniques défouloirs non plus si vous voulez un mode de vie sain. Déjà en tant de liberté de circulation et de réunion ces réseaux prenaient trop de temps dans vos vies, alors une fois confiné si vous leur donnez toute votre attention il ne sera pas possible pour vous de tirer parti de la situation

Un autre piège moins évident et celui de tomber dans une surconsommation de films et séries sur une plateforme comme Netflix qui sera transformée pendant cette période en nounou familiale.

Au contraire choisissez la vie face à la léthargie. Jouez, chantez, créez, rigolez ensemble et non chacun devant son écran comme c’est le cas bien souvent dans nos foyers.

Vous pouvez aussi utiliser les écrans à bon escient par exemple vous évader au Musée de façon virtuelle

L'ambivalence du smartphone

Ce formidable outil qui fait que nous pouvons communiquer, travailler ensemble a aussi de féroces inconvénients. Il sera votre atout pour vous informer (à condition que ce soit de bonnes sources d’information bien sûr), communiquer avec vos proches et la famille. Et Dieu sait que les Afrodescendants aiment communiquer!!!

Il sera également l’outil de désaccord le plus puissant entre vous, si vous vivez entre amis, avec votre famille, mais également dans le couple. Tout le monde ayant un peu de temps devant lui, les conversations peuvent durer des temps records. La distance (et les réalités liées au virus) aidant parfois à rallonger de quelques heures une discussion qui aurait pû en temps normal durer quelques dizaines de minutes tout au plus.

Enfin les contenus partagés sur les réseaux sociaux étant toujours plus addictifs vous pourrez y passer des heures sans vous en rendre compte…au détriment de ce qu’il y a de mieux à faire. Au plaisir de chacun de réguler son temps sur les écrans? La question peut être posée.

L’aspect positif est qu’il peut être votre meilleur allié si vous l’utilisez de manière à mieux vous organiser. Vous pouvez appeller cette jeune cousine ou nièce pour lui demander d’aider vos enfants à jouer à distance avec elle, vous libérant ainsi du temps pour travailler. Le smartphone pourra également vous aider à trouver de nouvelles recettes de cuisine, des routines à essayer à la maison, voir même, à travers des tutos bricoler ou réparer cette machine qui vous a lâché il y a quelques temps…

Lisons!!

La lecture souffre habituellement d’une tare: on se dit qu’on n’a pas le temps. On prend de mauvais choix en privilégiant les réseaux sociaux, netflix, les plateforme de streaming.

Vous avez une occasion en or de (re)découvrir les classiques que vous n’avez pas lus depuis longtemps ou que vous auriez bien voulu lire un jour. Bonne nouvelle: ce jour est arrivé!! Littérature, essais, romans, science-fiction et autres travaux de recherche vous permettront d’être plus affûtés dans vos tâches futures post-covid-19

Vous pouvez aussi prendre un temps pour faire lire vos enfants/neveux des contes, des nouvelles et autres récits qui leur sont dédiés. Il est temps de faire de la lecture une habitude qui transformera votre famille et surtout vous-même dans la quête d’élévation qui est la nôtre. Vous verrez les retombées 🙂

 

Formez-vous et vos proches

L’occasion est belle de pouvoir se former à distance sur internet. Que ce soit pour des compétences pro ou bien pour élever votre niveau de conscience de soi, d’apprentissage des éléments constitutifs de vos cultures et patrimoine, d’accélération de conscience. Nous sommes mobilisés pour toute personne qui voudrait en ce moment développer des compétences, du savoir, utile à sa propre ascension et à vos proches et collaborateurs. Au final, à nous tous.

 

De nombreux formateurs et coachs se sont rendus disponibles pour du télétravail, ne manquez pas cette occasion unique de mettre à profit du temps, cette ressource si limitée mais abondante en ces temps difficiles. Ne ratez pas le train, formez-vous!! Que ce soit pour vous ou l’un de vos proches: neveu, enfant, parent etc.

Black Love: comment solidifier le couple en temps de crise?

En temps de confinement il peut sembler plaisant au premier abord de chiller avec sa moitié à la maison en peignoir. Cependant cela peut devenir un véritable enfer si vous ne mettez pas en place un certain nombre de processus qui vous permettrons de vivre sans vous marcher sur les pieds ni céder à des sentiments négatifs.

En temps de crise les reproches entre partenaires peuvent prendre le pas sur l’équilibre que créent l’écoute, la patience, la coopération, le jeu et la séduction. Ne vous faites pas avoir, au moindre signe de glissement vers un mode plus agressif l’un envers l’autre, trouvez l’espace pour discuter de tout cela et vous retrouver.

Le couple est le pilier de la famille ne l’oublions jamais. En ces temps où toute activité récréative extérieure est prohibée (restaurants, shopping, boites de nuit, matchs de football, soirées entre amis) votre couple doit rester le plus fort possible. Nous savons déjà les dégâts causé par les virus chez les Chinois qui divorcent à la pelle en ce moment. Nous ne sommes peut-être pas Chinois, mais les mêmes causes produisent souvent les mêmes effets…

Certaines habitudes ayant été chamboulées, l’un des partenaires ou les deux pourraient perdre pied et remettre sur l’autre des problèmes qu’il ne peut pas régler dans l’immédiat. 

En cas de soucis, et si vous êtes sur le point de craquer, n’abandonnez pas et contactez-nous, nous serons à même de trouver des coachs très compétents sur ces questions. Corovid-19 oblige les recommandations doivent être appliqués au maximum, sous peine de briser ce que vous avez de plus cher: votre partenaire de vie.

 

Retrouver le goût de la cuisine

Il y a quelque chose de très positif lorsqu’on prend le temps de bien cuisiner: la cuisine est équilibrée, il y a la bonne humeur à la maison, nous pouvons nous y mettre à plusieurs donc il y a une bonne coopération. Tous ces gestes sont saints pour le foyer.

Profitez-en: vous pouvez également grâce à des discussions, sur wattsap par exemple, avec vos aînés, leur demander de bonnes recettes à reproduire chez soi. Ce plaisir de transmettre leur fera oublier quelque temps leur confinement et le stress de la pandémie, eux qui sont les plus touchés. Ce sera également le moment de transmettre ces goûts au plus jeunes qui ne seraient pas encore initiés à la cuisine Africaine, Caribéenne, de la Réunion etc. Quelle joie!!

Danser et faire du sport en famille

Cela peut paraître fortuit mais une bonne activité physique est nécessaire pour dynamiser les anticorps et donc garder votre famille aussi sécurisée que possible. Nous avons une arme redoutable nous autres afrodescendants: la musique et la danse qui l’accompagne. Dans ce domaine nous sommes probablement le groupe humain à la plus forte capacité d’implication et de créativité.

Vous pouvez revisiter toutes les danses que vous connaissez et en apprendre d’autres encore (pour les couples Zouk, Kompa, Kizomba, pour les enfants les chansons à la mode et d’autres issus des cultures de votre contrée au pays, pour les anciens les classiques). Vu que vous avez le temps d’explorer tous ces domaines, profitez-en, et consommez sans modération les belles musiques de chez nous.

Vous pouvez agrémenter cela de compétitions qui cimenteront la bonne humeur du foyer et l’activité physique pour tout le monde. Ce n’est pas une mince affaire mais du sport d’intérieur il faut en faire, et pas qu’en couple 🙂

Pour le sport extérieur il est conseillé de le faire individuellement.

 
 

Se retrouver soi-même. Aller à la quête de soi

L’un des problèmes importants que nous subissons de nos jours est l’absence d’introspection, liée à l’hyperactivité sur les smartphones entre autres. L’économie de notre attention est grandissante, nous sommes comme plongés dans un bain de contenus digitaux actualisables à la seconde. Dans ce tourbillon de données, nous pouvons nous oublier quelque peu. Cela s’aggrave lorsque nous sommes dans une situation de restriction de mouvements.

Bien avant ces derniers ours nous ne prenons plus aucun moment pour sonder nos âmes, parcourir le chemin qui a été le nôtre, inventer de nouvelles manières d’être. S’émanciper de sa condition. Maintenant que nous sommes justement conditionnés dans un lieu précis, nous pourrions en profiter pour tenter de faire le point.

Cette période est propice à la méditation, si tant est que vous ayez la possibilité de vous trouver seul quelque part chez vous ou bien à l’extérieur. Prenez le livre d’un sage et parcourez sa pensée, les philosophes Afrodescendants ne manquent pas. Les autres non plus. Heureusement, vous avez quelques minutes pour le faire. Pour ceux qui débutent, commencez étape par étape, quelques minutes par jour à la rencontre de votre identité. Quelques minutes pour faire le vide, être lucide sur nos choix et positions, être présent dans l’instant.

Ce n’est en aucun cas futile. C’est même très recommandé et salutaire pour ceux qui font le pas et qui en font des habitudes. Sachez qu’il faut en moyenne 21 jours pour créer une habitude saine pour l’adulte comme pour l’enfant. Nous pensons que vous les aurez ces prochains jours. Redevenir soi-même c’est aussi et surtout se désaliéner, enlever les toxines mentales qui plombent notre motivation et nos objectifs. Retrouver notre place sur le globe au sein des populations humaines.

Comme vu au-dessus, la lecture peut faire partie de ce processus. Faisons-en bon usage. De nombreuses ressources également en livre audio/video sont disponibles.

No pain, no gain!! Force à vous

En profiter pour initier aux langues Africaines les enfants

Si personne ne sait combien de temps va durer le confinement et le télétravail, par contre nous pouvons dors et déjà parler au quotidient à nos proches dans les langues qui sont les nôtres. C’est une opportunité inouïe de pouvoir enclencher le désir ,chez les plus ou moins jeunes, d’apprendre la langue, et donc la philosophie de son peuple. Des plateformes existent à ce sujet si le besoin s’en fait ressentir.

Réafirmer son identité passe par l’apprentissage de nos langues également. Pour tous niveaux, et tous les âges. Les nouveaux outils de communication peuvent nous aider à accélerer dans ce mouvement.

Un article de la Team Elimu

Manga et jeunesse afrodescendante: l’amour fou?

le manga chez les jeunes Afro a le vent en poupe

Si vous n’avez jamais essayé, lorsque vous étiez enfant, de faire un Kamehameha, de vous transformer en Super Saiyen, d’activer votre Sharingan ou de faire un multi-clonage, c’est que vous n’avez probablement pas eu la même enfance que la majorité des jeunes des années 1990-2000… Rassurez-vous, ce n’est pas irréversible, voici un article pour les mordus de manga, pour ceux qui s’intéressent à la culture japonaise et africaine ou tout simplement pour ceux qui souhaitent intégrer la grande communauté des Afro-geek !

Le manga, phénomène mondial et promoteur culturel du Japon

Vous êtes sans l’ignorer, que vous soyez parent, jeune adulte ou adolescent, les mangas occupent une place de choix dans les divertissements favoris de la jeunesse et en particulier de la jeunesse afro.

Depuis la fin des années 1980, différents animés (promut notamment par la télévision française) ont inondé l’espace audio-visuel jusqu’à devenir de véritables phénomènes : Les Chevaliers du Zodiaques, Dragon Ball, Ken le Survivant, Sailor Moon, Berserk …etc puis c’est au début des années 2000 qu’une nouvelle vague de manga est venu marquer une autre génération : Naruto, Pokemon, One Piece, Bleach, Full Metal Alchemist, Death Note…etc et encore aujourd’hui les Japonais réussissent à susciter l’intérêt de nos petites têtes crépues avec des œuvres comme L’attaque des Titans, Hunter X Hunter, One Punch Man, Fairy Tales …etc

 

Ce sont des millions de bandes-dessinées, de cassettes ou DVDs vendus de par le monde, et peut être encore plus de millions d’heures de visionnage sur les plates-formes de streaming ! Après le Japon, les premiers consommateurs sont la France et les Etats-Unis, loin devant la Corée du Sud, l’Allemagne et la Chine. Peut-être que la présence d’une importante communauté afro dans ces deux pays n’y est pas pour rien … sachant que le Brésil est aussi un pays où la consommation de manga augmente très rapidement !

Tout cela constitue un pouvoir indéniable pour le Japon : des millions de jeunes à travers le monde s’abreuvent de folklore japonais et en langue originale ! Le manga est une véritable source de revenus pour le pays de l’empereur Naruhito car il promeut sa langue et sa culture à travers la planète et garantit ainsi sa place parmi les premières puissances mondiales en termes de soft-power: l’influence culturel sur des populations étrangères.

 

Pays du Soleil Levant et Terre du Soleil

Mais alors pourquoi autant de succès, en particulier chez les Afrodescendants ? Peut-être ne le saviez vous pas mais la culture japonaise et les cultures africaines ont énormément de points communs, et sûrement est-ce une des raisons pour l’attrait des jeunes Africains pour la culture japonaise et les mangas en particulier.

 

Tout d’abord, rappelons ici que les premiers habitants du Japon sont les Aïnous (« les humains » en aïnou). D’après certains scientifiques, le groupe ethnique dont descendraient les Aïnous est issu de la Grande Migration Côtière, qui, venue d’Afrique, a longé les côtés de l’Océan Indien pour donner naissance à une grande partie des populations australoïdes et mongoloïdes. Ce sont donc des gens qui venaient « directement » d’Afrique qui ont peuplé le Japon, comme les Andamans, premiers habitants d’Inde et d’Asie du Sud ainsi que les Aborigènes d’Australie. La majorité des habitants actuels du Japon sont venus bien plus tard, de Corée et de Chine. La culture traditionnelle japonaise, comme celle d’Inde et des autres peuples d’Asie du Sud transpire encore de ses origines africaines. Vous pouvez constater comment les esthétiques japonaises et africaines se marient parfaitement notamment dans la mode

Un homme Aïnou photographié en 1881

Dans le folklore japonais par exemple, et cela se voit notamment à travers les mangas, l’importance des symboles est frappant. L’utilisation de symboles permet une multiple lecture de l’histoire, avec souvent différents degrés de profondeur dans la compréhension du message, et les Africains le savent bien ! Demandez à vos parents qui connaissent sûrement les contes racontés dans l’Afrique traditionnelle (dont il reste des traces même après des siècles dans la diaspora), ils vous diront comment ceux-ci sont une source d’enseignement pour l’enfant comme pour le vieillard. Dans les mangas également, l’enseignement philosophique n’est pas toujours explicite, mais toujours présent sous forme de symboles.

 

Dans des mangas comme Naruto, Dragon Ball ou One Piece la présence de différents clans avec totems, de différents cercles d’initiés  et autres corporations rappelle les constructions claniques des sociétés africaines. En effet, l’Akatsuki dans l’univers Naruto peut faire penser à une société secrète comme on peut en trouver en Afrique, les Anioto du Congo par exemple.

Les Anioto, la société secrète qui assassine déguisé en léopard tout collaborateur au système colonialiste au Congo (début 20ème siècle)
Akatsuki, la société secrète qui veut changer le monde shinobi (Naruto)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Japonais ont réussi aussi à retranscrire leur paradigme et leur cosmogonie à travers leurs histoires, quelles soient sous forme de bandes dessinées ou en animés. Il n’est pas rare d’entendre des histoires d’êtres venus de l’espace sur Terre pour la peupler et donner naissance aux humains, ce qui laissent penser aux histoires similaires connues en Afrique, chez les Dogon ou chez les peuples de la région des Grands Lacs (Ouganda, Rwanda, Burundi, Tanzanie, RDC).

 

L’intervention de divinités de la tradition japonaise (Amaterasu, Izanagi, Izanami, Ashura, Indra …etc) dans les affaires humaines est également quelque chose de récurrent  dans les mangas. Tout comme les mythes africains de l’Antiquité jusqu’à nos jours (Yoruba, Akan, Egypte Ancienne, Peul ..etc). On peut dire que le surnaturel n’est pas quelque chose d’étranger à la culture africaine, mais aussi japonaise. Tous ces faits corroborent le fait que les histoires du pays du Soleil Levant ont de quoi plaire aux enfants de la Terre du Soleil, l’Afrique ( Kitara ou TaRa « terre du Soleil », nom du continent chez les Egyptiens Anciens, Ibuzuba ou Abzu « terre du Soleil », nom du continent chez les Sumériens).

 

      Amadiora, jeunesse africaine et 21ème siècle

 

Nous connaissons maintenant les ingrédients qui ont fait le succès des mangas auprès de nos petites têtes crépues, mais la question que nous pouvons nous poser est : « A quand des histoires similaires afro ? » L’Afrique et sa diaspora regorge de mythes, de légendes, de contes les plus extraordinaires les unes que les autres.

 

Verrons-nous un jour en bandes dessinées ou sur nos écrans l’histoire de la princesse Pokou, qui sauva son peuple en sacrifiant son fils et en faisant léviter son peuple par-dessus les fleuves ? Ou de Boni, l’Africain qui se révolta contre l’esclavage en Guyane et mena son peuple vers la liberté en fondant une nation dans l’Amazonie ? Ou encore de Gihanga, le héros fondateur des royaumes de la région des Grands-Lacs ? De Sunjata Keita ? L’histoire d’Osiris et Seth ? De Kimpa Vitaa ? Ou bien d’autres histoires imaginaires ou non d’auteurs africains ou issus de la diaspora ?

 

Afro-Samurai

A l’heure où le 21ème siècle prend de plus en plus les couleurs du Continent-Mère, l’importance de développer un imaginaire fait par ou pour les Afrodescendants est une nécessité. Certains ont lancé le mouvement, grâce notamment à une plate-forme de promotion et publication d’histoire d’auteurs africains : amadiora.net Il existe également des œuvres cinématographiques afro-américaines comme The Boondocks ou Afro-Samurai qui sont d’ors et déjà à votre disposition pour libérer votre imaginaire et celui de vos enfants !

Team Elimu

« Rien ne devrait vous limiter »: Allen Iverson et Reebok paieront les frais d’inscription à la fac pour les étudiants du lycée Alma Mater d’Iverson

Allen Iverson redonne à la communauté

.Allen Iverson a décidé d’aider sa communauté. A l’occasion de la sortie du pack Iverson Origins par Reebok, il va payer les frais Universitaires de très nombreux jeunes. Une initiative autant marketing qu’utile pour l’éducation de ces jeunes pour qui les frais Universitaires sont un vrai frein dans leur études.

Il a récemment été annoncé que Reebook paierait les frais d’inscription à l’université pour la classe junior du lycée Alma Mater d’Allen Iverson à Hampton, en Virginie.

Le don est destiné à célébrer le lancement du pack Iverson Origins par Reebok, qui comprend les baskets Answer V et Question Mid.

« Rien ne devrait vous empêcher de postuler à une école que vous souhaitez envisager », a déclaré Iverson dans un communiqué. «En travaillant avec Reebok pour couvrir les frais de candidature en hausse à Bethel High, je veux que la prochaine génération de game changers considère l’université comme une voie vers le succès, qu’elle veuille être artiste ou médecin.»

Il y a aussi une vidéo qui accompagnait l’annonce, et elle montre des étudiants de Bethel High parlant de leur avenir et où ils veulent que l’université les emmène. Les étudiants ont également reçu une toute nouvelle paire de Reeboks.

Allen Iverson voyait grand sur le terrain, il en fait de même à présent sur un autre: celui de la responsabilité communautaire

Pour ne rien gacher, les juniors du secondaire d’autres régions des États-Unis ont également la possibilité de faire payer leurs frais d’inscription à l’université par Reebok.

À partir du 4 mars, ils peuvent se rendre sur Reebok.com et rédiger un essai de 200 mots sur la façon dont leurs frais de candidature à l’université seront couverts. Cela leur permettra d’atteindre les hauteurs qu’ils se sont fixées.

Le directeur de Bethel High, Ralph Saunders, a remercié Reebok pour le cadeau et a hautement apprécié l’initiative d’Iverson.

«Je parle au nom des étudiants, de leurs familles et de la communauté de Hampton lorsque je dis que nous sommes très reconnaissants de ce don de Reebok», a déclaré Saunders. « Allen Iverson fait partie intégrante de cette ville, et nous sommes ravis qu’il continue d’honorer et de soutenir l’école et la communauté. »

Il y a environ 400 étudiants juniors à Bethel High qui sont censés obtenir leur diplôme en 2021 et recevoir le don

C’est une très belle initiative de notre point de vue car elle allie l’utile à l’agréable. Cette même somme de promotion des nouvelles basket aurait pû aller dans un magazine quelconque de style ou une soirée de lancement pour VIP. L’impact n’est évidemment pas le même. C’est une belle inspiration pour les jeunes, qui qu’ils soient. Cela permettra sûrement à certain d’arriver à accomplir leurs rêves et pouvoir ainsi, à leur tour, redistribuer cette richesse. Big Up Allen Iverson, tu es un grand parmi les grands. Sportifs de haut rang francophones, nous vous voyons 🙂

 

Source

Traduction Team Elimu